Communiqué régional EPM Quievrechain

COMMUNIQUÉ RÉGIONAL

26/04/2019

 

SE-EPM QUIEVRECHAIN

Les personnels entendus !

 

 

Fort d’une implantation riche et diversifiée de ses membres y compris au sein d’un Service Educatif en Etablissement Pénitentiaire Pour Mineurs (SE-EPM), les représentants du syndicat HORIZON Justice connaissent parfaitement les complexités intrinsèques et les interactions délicates dues à la synergie de quatre administrations.

 

Issu de la loi Perben II, construit en 2007 et organisation interne décrite à travers la circulaire de 2013, la place de la PJJ au sein d’un EPM est un questionnement réel et de nombreuses hypothèses quant à la co-construction du projet initial avec les administrations concernées ne peuvent être exclues.

 

C’est en ce sens qu’HORIZON Justice, lors de la réunion de  l’Observatoire des Relations Sociales et des Conditions de Travail (ORSCT) du 25 avril 2019 a pu interpeler la DIR PJJ grand nord concernant les conditions de travail précaires du SE-EPM de QUIEVRECHAIN, qui sont récurrentes et de même natures au sein d’autres SE-EPM de France. Deux réunions institutionnelles avec la DT PJJ du nord avaient précédé cette  ORSCT et ce sujet fut entendu par les protagonistes concernés.           

 

Nous avons pu constater que La DIR PJJ Grand Nord a en effet une connaissance importante des locaux dédiés pour le SE-EPM de QUIEVRECHAIN et notamment le bureau des éducateurs surnommé « la ruche»  (ne comprenant qu’une seule fenêtre pour une pièce de cette taille et pour un tel nombre d’éducateurs, contenant de nombreuses chaises détériorées, des téléphones filaires dysfonctionnant, etc.) La DIR Grand Nord reconnaît que le SE-EPM de QUIEVRECHAIN se trouve dans des conditions de travail qui ne sont pas acceptables.

 

Rappelons que le SE-EPM de QUIEVRECHAIN comme tout autre SE-EPM, s’inscrit dans un établissement propre à l’Administration Pénitentiaire. Malgré cette complexité, la DIR PJJ grand nord nous a toutefois confirmé avoir eu une réunion avec la DISP grand nord, la DT nord et la Direction du SE-EPM de QUIEVRECHAIN ce mardi 23 avril 2019, afin d’échanger autour de toutes ces problématiques majeures qui empiètent sur le travail des éducateurs et avec, pour objectif final, d’apporter des solutions concrètes.  L’affaire semble être en bonne voie. Nous suivrons cela de près.

 

HORIZON Justice a, d’autre part, évoqué durant cet ORSCT le traitement des contractuels à la PJJ

Ce statut ambigu qui fait subir des maltraitances institutionnelles à des êtres humains : les missions qui leur sont attribuées ne peuvent d’ailleurs être décrites exhaustivement dues à un flou (volonté ?), ce qui implique une sur sollicitation, un surmenage, et qui par conséquent, les amène à se sentir désabusés…

Leur précarité d’emploi ne leur permet pas en effet de répondre par le négatif, par crainte et par risque d’une sanction, tel qu’un non renouvellement de contrat par exemple. Ces collègues sont très peu écoutées et sont même quelquefois « écœurées » par ce système qui les pousse souvent à ne pas se présenter aux concours de la PJJ.

 

Cette dure réalité de terrain, rapporté par vos représentants HORIZON Justice, a été « entendue » par la DIR Grand Nord. Malheureusement, nous craignons que la DIR Grand Nord n’ait pas « écouté », car aucune réponse claire et à visée solutionnant n’a pu être apportée. HORIZON Justice propose pour les personnes concernées, de leur apporter un accompagnement et un soutien à caractère individuel.

 

Notre délégation a, par ailleurs, fait la connaissance de la nouvelle psychologue du travail de la PJJ grand nord (Alyson MAEKELBERG) arrivée mi-avril 2019. Son bureau se trouve au sein de la DIR Grand-Nord. Il est possible d’entrer en contact avec elle en sollicitant :

  • Les Organisations Syndicales (O.S.),
  • Le médecin de prévention
  • Assistant de Service Social (A.S.S.)
  • Voie hiérarchique

 

Sa fiche de poste est encore en construction, voire en co-construction.

 

Cependant, elle a exprimé vouloir inscrire son travail davantage dans une démarche de prévention : Elle souhaite repérer les risques psycho-sociaux sous forme « d’analyse » au sens psychologique du terme.  Le but recherché est d’éviter de recevoir un agent, ou une partie, déjà en situation de souffrance importante. Elle aimerait aussi mettre en place des médiations lorsque deux agents se trouvent en situation de conflits, par exemple. (La médiation ne pourrait se faire que si les deux partis donnent leur accord pour cette démarche).

Celle-ci a pour objectif également d’aller à la rencontre des établissements du grand nord pour faire son propre état des lieux. Elle a affirmé se distinguer des instances de type GAP ou de Supervision, ne voulant pas se mettre en contact avec les professionnels animant ces groupes de paroles, dans un souci de neutralité.

 

HORIZON Justice poursuit sa bienveillance auprès des agents du ministère de la Justice et s’engage à s’investir, à vous défendre. Nous continuerons d’intervenir dans les instances pour vous faire entendre. 

 

La section régionale